SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

À propos d’un échange entre Jacques Alain Miller et Mitra Kadivar

Publié le 14 février 2013

La psychanalyste en épisode, le chef en roue libre et la célébrité embarquée

par Philippe Grauer

Notre bon La Fontaine en eût tiré une fable. Dès le début de cette rocambolesque aventure nous avons pris la précaution d’enquêter sur ses fondements, tant le risque de hoaxe comme on dit en globish, ce qui se traduit par canular en français courant, apparaissait élevé.

À mesure que se dévoilait qu’on avait affaire à un délire personnel relayé à distance nous avons tenu nos lecteurs informés de la nécessité de dégonfler la baudruche. L’ennui c’est que des personnalités prises au piège signaient, et que le processus risquait de prendre une fâcheuse allure, un pays souvent désigné du doigt se trouvant accusé à tort de persécuter la psychanalyse.

Moralité : ne signer qu’après avoir réfléchi et pris ses précautions comme me disait mon instituteur en pensant à tout autre chose.

Lire aussi

Élisabeth Roudinesco, Henri Roudier, Docteur Foad Saberan, http://www.cifpr.fr/+Affaire-Mitra-...

COMMUNIQUÉ de la SIHPP

Comme nous l’avions annoncé dans un précédent communiqué, nous apprenons que Mitra Kadivar est sortie de l’hôpital où elle avait été internée, après un épisode psychotique. Elle a été normalement traitée, compte-tenu de son état, et elle est sortie dans des conditions normales.
Par ailleurs, nous publions ici le résumé d’un document, résumé qui nous a été adressé par un de nos correspondants.
Bien à vous
Henri Roudier


À propos d’un échange entre Jacques Alain Miller et Mitra Kadivar


"on nous écrit de Téhéran"

Un document de 70 pages vient d’être rendu public sur le site de LQ et sous le titre On nous écrit de Téhéran . Il s’agit de tous les échanges entre J.A Miller (du 12 décembre 2012 au 8 février 2013) et Mitra Kadivar, médecin et psychanalyste de son école (École de la cause freudienne). Celle-ci a été internée pour un épisode psychotique (schizophrène) dans un hôpital psychiatrique de Téhéran, après un trouble à l’ordre public et des plaintes de ses voisins car elle voulait installer chez elle, dans son appartement privé, un centre pour toxicomanes. On y apprend qu’elle se pense, de la Mer noire à la Mer de Chine, la plus grande psychanalyste du monde et refuse d’être comparée à Rafah Nached qui ne serait pas une vraie psychanalyste.

leçons de clinique

Miller s’adresse à elle sur un mode maniaque et se fâche tout rouge, la menace de ne plus la contacter quand elle manifeste un désaccord, tout en jouant au psychanalyste protecteur. Il annonce tout ce qu’il va faire pour la sortir de sa geôle : appeler les ambassades, puis le Ministère français des Affaires étrangères (directement Laurent Fabius), et enfin les responsables des droits de l’homme, etc... Il cite plusieurs noms de psychanalystes et psychiatres iraniens, donne des leçons de clinique à l’un des psychiatres qui a pris en charge Mitra.

cure miracle

L’objectif de ce texte est de montrer que la cure par mails façon lacano-Miller est un "miracle" qui permet à Mitra de renaître, de ne plus prendre de médicaments et donc d’échapper à un traitement jugé inutile et nocif. Moyennant quoi, le jeune psychiatre qui l’a prise en charge et le professeur Mohammad Ghadiri, chef du service de psychiatrie de l’École de médecine de Téhéran, apparaissent comme des incompétents et des geôliers qui ont donné à leur "victime" un poison dont elle doit se débarrasser (de l’halopéridol, neuroleptique classique utilisé dans le monde entier contre les psychoses). Miller veut faire venir Mitra à Paris...

accusation de faux diagnostic

Tout au long du dialogue, Ghadiri est accusé d’avoir inventé un faux diagnostic en vue d’un internement abusif. Miller fait de Mitra, avec sa complicité, une opposante lacano-lacanienne en lutte contre un pouvoir dictatorial. Mais Ghadiri est également sollicité pour délivrer une autorisation afin de faire venir de France une délégation de psychiatres et de psychanalystes de l’ECF : il s’agit d’éclaircir les « malentendus ». On est très déférent et très gentil avec lui. On ne le voit jamais intervenir vraiment dans cet échange.

Puis Miller menace encore Mitra de rompre toute relation si elle ne se soumet pas à ce qu’il dit. Elle proteste en affirmant qu’on la traite mal dans Lacan Quotidien et dit qu’elle se sait folle parce qu’elle a tenté de faire comprendre aux Iraniens qu’il ne faut pas faire de psychodrames ou de psychothérapies mais seulement de la psychanalyse.

politico-cliniques

JA Miller fait des miracles politico-cliniques en libérant Mitra de sa folie induite par le psychiatre, par les médicaments, par le contexte iranien. Il lui dit qu’elle est aussi géniale que Lacan ou que Judith, la fille de celui-ci, qu’elle peut faire marcher ses « gardiens » à la baguette et que bientôt elle sera célèbre grâce à une pétition. Le texte de ces échanges rédigés en français et en anglais, est présenté comme un document brut d’une grande valeur littéraire. On peut en douter.

ne manquait plus que le Pape

Mais au nom de cette « littérature », on a fait signer, à partir du 25 janvier 2013 et à l’aveuglette, une pétition à l’élite intellectuelle et politique française et internationale : il ne manque plus que les signatures de tous les présidents de la planète ainsi que celle du nouveau Pape. On se demande comment tant de célébrités ont pu se laisser berner en prenant un délire à deux pour une persécution.

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?