SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

Le Décret et son Arrêté (suite)

Publié le 4 novembre 2008

COMMUNIQUÉ DE LA FFPP, DE LA SFP ET DU SNP

Décret d’application de l’article 52 et son Arrêté

.


On vous avait prévenus, ce serait pour novembre, c’est annoncé pour décembre, le passage devant le Conseil d’État. Nous ignorons certains détails et par conséquent ne pouvons rien dire de ces textes, sinon que nous nous apprêtons à nous replier en bon ordre pour exercer notre métier à l’abri des confusions, en nous intitulant de façon à préserver le noyau dur de notre identité professionnelle, celle que le titre générique de psychothérapeute pourrait corrompre.

Il se peut qu’il y ait eu quelques avancées, qui doivent beaucoup à nos démarches, mais suffiront-elles ? La clause du grand-père en tout cas, qui renvoie les psychothérapeutes relationnels s’échouer, c’est le mot, devant des jurys iniques voir cyniques, en tout cas goguenards, reste lourdement problématique, pour ne parler que de cela.

Notre syndicat reste vigilant et déterminé à tenir debout et faire face, au moyen d’un système d’appellation qui distingue notre profession des autres ressortissants du Carré psy et permette aux personnes qui recourent à nous de se repérer, de s’y retrouver dans le maquis institutionnel et professionnel de l’univers psy, et d’atteindre sans difficulté ceux qui travaillent dans le cadre de la dynamique de la subjectivation, à partir d’une problématique authentiquement humaniste.

Philippe Grauer


Compte rendu du rendez-vous avec Madame Elvire Aronica,

26 septembre 2008

La FFPP, la SFP, et le SNP ont rencontré madame Elvire Aronica, conseillère technique au cabinet de la Ministre de la santé.

Madame Elvire Aronica rappelle que le projet de décret a été rédigé en tenant compte de 3 remarques juridiques du Conseil d’Etat :

- la formation en psychopathologie ne peut pas être réservée à l’université (principe de non-entrave à la liberté du commerce), mais doit pouvoir se faire également dans les instituts privés.

- la composition des commissions régionales (mesures transitoires dite « clause du grand père ») doit être précisée.

- l’obligation de formation en psychopathologie doit exister pour tous, et faire l’objet d’éventuelles dispenses totales ou partielles.

Elle précise également qu’un arrêté, qui stipule les contenus de formation sera associé à ce décret.

Elle affirme qu’une reprise de la loi n’est pas envisagée, et que les deux textes (décret et arrêté) seront remis ensemble au Conseil d’Etat pour publication avant la fin de l’année.

Les modalités et les conditions d’accès à la formation (dispenses totales ou partielles) selon les catégories professionnelles concernées ne sont pas définitivement arrêtées.

Madame Aronica a pris note de nos remarques et propositions.

La définition de la formation et de son contrôle apparaissant fléchés vers le Ministère de l’Enseignement supérieur, nos trois organisations ont convenu d’une demande d’audience auprès de ce dernier.

Fédération française des psychologues et de psychologie

Société française de psychologie

Syndicat national des psychologues

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?