SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

Psychothérapie aux Pages jaunes

Publié le 4 novembre 2010

Le GLPR communique

À la suite des pourparlers engagés le 7 octobre avec les Pages jaunes, ces dernières nous confirment qu’elles ont retenu en définitive la proposition de compromis envisagée à leur initiative. Nos ex psychothérapeutes pourront désormais s’inscrire aux Pages jaunes à la rubrique

Psychothérapie (soins hors d’un cadre réglementé)

Bien entendu le processus se poursuit.

- Nos organisations marquent une préférence pour soin au singulier, qui renvoie davantage au souci de soi qu’au soin entendu comme traitement.

- Chacun pouvant s’inscrire (à ses frais) avec mention de son mode d’agrément et de son titre initial éventuel (psychologue, psychiatre, psychanalyste, …), le GLPR poursuit ses travaux afin d’harmoniser les terminologies d’agrément et désignations complémentaires des praticiens appartenant à ses quatre organismes membres.

Avancée unitaire

Il ressort de tout cela qu’unis nous avons effectué une avancée au service de nos praticiens en psychothérapie. Nous nous en réjouissons et vous appelons à rejoindre et renforcer nos deux syndicats et fédérations.

Le mercredi 3 novembre 2010


Le GLPR — Groupe de liaison de la psychothérapie relationnelle relie les deux syndicats Psy’G et SNPPsy et les deux fédérations Affop et FF2P.


Commentaire

Texte légèrement modifié en date du 29 novembre 2010

Voici une première avancée, qui maintient notre visibilité et nos différences. Nous poursuivrons le processus bien engagé pour affiner la formule proposée.

Soin à prendre de soi

Nous ne proposons ni soins ni traitement, nous nous situons en dehors du champ médical. Nous adressons au médecin ou au psychiatre qui nous semble le requérir. Le soin que nous prenons de ceux qui entreprennent auprès de nous la démarche de s’interroger sur eux, qui ils sont et qu’est-ce qui leur arrive, cherche à leur faciliter l’accès au soin de soi-même.

Cependant on nous a fait parvenir l’argument opposé, que les gens qui viennent à nous viennent chercher du soin ou des soins, selon leur culture en la matière, et que c’est au cours du processus que tout cela prendra le sens souhaitable. D’où l’idée de laisser les Pages jaunes procéder comme elles l’entendent. Qu’en pensez-vous ?

Auto réglementation syndicale

L’essentiel étant ailleurs. Hors d’un cadre réglementé signifie non réglementé par l’État. Nous tirons quelque fierté de n’être pas psychothérapie d’État. Notre syndicat, et quelques autres institutions historiques responsables de la psychothérapie relationnelle dans notre pays, fournit son cadre auto réglementaire par le moyen de notre titularisation, ce qui signifie en effet que nous conférerons notre titre à qui venu se reconnaître auprès de nous [1] se trouve en retour reconnu par nous.

Politique unitaire

D’importantes différences séparent parfois les quatre protagonistes du GLPR. Nous avons trouvé le moyen de les surmonter afin d’unir et d’unifier notre profession. Celle que nous nous disposons en bon ordre à exercer sous le titre de psychopraticiens relationnels que dispensera pour sa part notre syndicat.

Psychopratiens relationnels

Psychopraticien est en passe de se substituer dans notre pays comme nom de métier à psychothérapeute ancien régime. Notre prochaine Assemblée générale là-dessus prendra ses décisions et responsabilités. En y adjoignant le déterminant relationnel nous fournissons une caractérisation précise, qui nous définit et rend faciles à reconnaître et identifier. Affichés clairement sous la rubrique générique de psychothérapie, les psychopraticiens relationnels, aux côtés des psychothérapeutes relationnels (ceux des nôtres qui voudront et pourront s’inscrire dans le cadre prévu par la loi) poursuivront leur travail de fourmis humanistes, leur tâche de catalyseurs de transformation personnelle dans une société qui continue d’en avoir spécifiquement besoin et de recourir à eux parce qu’elle y trouve son juste compte.

Philippe Grauer


Notes

[1Généralement sorti diplômé d’une école par les soins de l’Affop agréée. Il n’y a aucun effet de transformation automatique d’un diplôme en titularisation, il s’agit de deux processus complémentaires distincts, le second prenant en compte l’exercice d’une pratique.

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?