SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

Rapt redoublé

Publié le 9 mars 2009

Benoît Saillau

Après le rapt de la psychothérapie par la psychiatrie et la psychologie, l’amendement « N° 2083 Rect. » institue maintenant le rapt par l’université. Si nous en croyions le compte rendu officiel de l’Assemblée Nationale, le vote de cet amendement constituerai un « beau jour » et permettrai de “progresser”, même si J.-M. Le Guen reconnait que cela crée aussi d’autres problèmes. Le compte-rendu n’en dit pas plus, si ce n’est le contentement des autres députés de tout bord qui tiennent à “remercier le gouvernement”.

Depuis trente années, les psychothérapeutes relationnels ont réfléchi sur leur pratique et lui ont donné un cadre éthique et déontologique. Ils se sont reconnus et fédérés autour des cinq points fondamentaux auxquels j’en rajoute volontiers un sixième. Travail sur soi approfondi, formation théorique et pratique approfondie, supervision permanente, adhésion au code de déontologie, reconnaissance par les pairs. Cela ne pouvant que s’appuyer sur une expérience de vie. Ce dernier point est important car il explique pourquoi les personnes qui adviennent psychothérapeutes relationnels le font presque toujours dans le cadre d’une reconversion, après une première expérience professionnelle.

Nous voyons depuis cinq ans comment le législateur, bien que nous ayant invité à sa table des réflexions préparatoires, n’a de cesse que la loi encadrant le titre de psychothérapeute donne ce titre aux seuls médecins et psychologues. Pour cela, toutes les possibilités législatives sont tentés les unes après les autres jusqu’à ce que cela passe définitivement.

Dans cette obstination, la loi s’est détournée délibérément des pré-requis qui font du psychothérapeute relationnel un accompagnant de la personne dans la révélation d’elle même, lui permettant par là même de mieux vivre. Je crains d’ailleurs en disant cela d’employer un jargon incompréhensible au législateur, à la psychiatrie et à la psychologie officielle et patentée. Il ne s’agit plus que de guérir un trouble comportemental et de normaliser, ceci étant ensuite confirmé par une évaluation basée sur une grille qui codifie les comportements humains. Je ne peux m’empêcher de penser à Antonin Artaud, dans sa lettre aux recteurs des universités : “Dans la citerne étroite que vous appelez pensée, les rayons spirituels pourrissent comme de la paille”. Sur les cinq à six points qui fondent notre qualité de psychothérapeute, seul un demi point subsiste : la formation théorique. Où sont les autres ? N’ont-ils aucune valeur ?

Je puis éviter au législateur un travail supplémentaire. Dans ces conditions, que nous ayons trois, cinq, ou beaucoup plus d’années d’expérience de la psychothérapie, aucun parmi nous ne viendra réclamer ce titre que vous vous appropriez en le détournant de sa signification profonde.

Le législateur, confisquant notre titre, à donc décidé qu’un nouveau titre verra le jour. Ce sera le nôtre. Celui de l’accompagnement de la personne dans le profond respect de sa singularité et de sa souffrance, le symptôme étant l’expression d’une potentialité qui a nécessité d’être révélée et intégrée pour un meilleur épanouissement.

La psychothérapie ne peut consister en une approche unique de la personne. Elle doit sans cesse se singulariser en fonction du sujet. Dans ce sens, il aurait été juste de reconnaître qu’elle se subdivise en quatre grands champs, celui de la psychiatrie, de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychothérapie relationnelle, formant le Carré psy selon la terminologie de Ph. Grauer.

Benoît Saillau 7 mars 2009

Amendement à l’article 52 :

Compte rendu des débats :
[http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090184.asp]

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?