SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

SNPPsy — AFFOP : communiqué commun

Publié le 13 juin 2009

Jean-Michel Fourcade, Philippe Grauer

- Syndicat national des praticiens en psychothérapie et psychanalyse — SNPPsy

- Association fédérative française des organismes de psychothérapie et psychanalyse — AFFOP


Qu’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’interdit professionnel. Seule la dénomination générique psychothérapeute et seulement elle, est en cause. Configuration prévue de longue date. Notre beau métier, la psychothérapie relationnelle, bien entendu continue.

Philippe Grauer


COMMUNIQUÉ — 1er juin 2009

Vote d’une loi partisane sur le titre générique de psychothérapeute

La loi du 4 août 2004 créant le titre légal de psychothérapeute rend obligatoire une formation à la psychopathologie pour obtenir ce titre.
Le projet de loi — amendement 22 septiès de la loi sur la Reforme de l’hôpital — voté à l’Assemblée nationale et légèrement amendé au Sénat, réserve l’accès à cette formation aux titulaires d’un diplôme de médecine ou d’un master de psychologie ou de psychanalyse — soit après cinq années d’études universitaires dans une université d’État.

Si cette disposition est votée, elle aura pour effet de fermer l’accès au titre à des psychothérapeutes formés hors de l’Université par les organisations professionnelles, dont certaines représentent pourtant des garanties de haut niveau pour l’acquisition des compétences nécessaires à l’exercice de ce métier.

Les organisations professionnelles (syndicats, fédérations, écoles de formation) des psychothérapeutes relationnels ont créé depuis vingt cinq ans des règles de formation et d’exercice de ce nouveau métier qui démentent le rideau de fumée d’accusations de "sectes et charlatans" utilisées par ceux qui mêlent un souci légitime de protection du public avec la défense des intérêts corporatistes ou idéologiques des autres professionnels du psychisme.

Les psychothérapeutes relationnels qui refusent cette loi partisane continueront de combattre pour une reconnaissance légale légitime, à la mesure de celle que les patients leur ont déjà manifestée.

Philippe GRAUER, président du SNPPsy

Jean-Michel FOURCADE président de l’AFFOP

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?