SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Participez à l’événement professionnel
organisé par le SNPPsy
mercredi 17 mai 2017 de 14h à 18h
Interventions, tables rondes, pause gourmande et relationnelle

Venez découvrir et échanger entre professionnels de l’Accompagnement lors de notre Après-midi d’étude thématique : « Le passage à l’acte »


Inscription obligatoire en écrivant à l’adresse snppsy@wanadoo.fr
Tarif prévente (chèque par courrier) 15€ - Sur place 20€ - Gratuit pour les membres du syndicat

Au programme :

• Introduction de 14h à 14h15
• Interventions de 14h15 à 15h15
• Pause gourmande et relationnelle de 15h15 à 15h30
• Tables rondes en groupe de 15h30 à 17h20
• Restitutions de 17h20 à 18h

Argumentaire des interventions :

• Le passage à l’acte : un peu de neurobiologie, ça ne peut pas faire de mal !

Quand la violence de la pression émotionnelle ne peut être réprimée ou régulée correctement, l’individu peut poser des actes brusques, parfois dangereux et toujours inadaptés à la situation.
C’est pourquoi il m’a semblé intéressant en introduction à cette étude sur « le passage à l’acte » de rappeler brièvement le fonctionnement de base de notre appareil émotionnel (héritage de millions d’années d’évolution).
J’en montrerai ensuite les possibilités de régulation selon les neurosciences, et esquisserai quelques hypothèses quant aux mécanismes psychiques concernés.

Par le Dr Christiane Laurent, psychopraticienne relationnelle, art-thérapeute, superviseure agréée par le SNPPsy.

• De quelle parole manquée le passage à l’acte (acting out) est-il le signe ?

Considérant que le lien entre parole et acte est propre à l’humain, le passage à l’acte, c’est le refoulé pulsionnel qui passe à l’acte, dans une tentative avortée de réassocier des traces inconscientes.
Dans l’acting-out, au cours d’un travail thérapeutique, c’est l’effet dévié du transfert qui se manifeste dans la réalité.
Comment entendre le passage à l’acte, en dehors d’une écoute normative, relative au discours social d’une époque ?
J’explorerai avec vous la question du passage à l’acte comme échec d’une parole qui ne peut ou ne veut ni être adressée ni être entendue. Nous questionnerons la place de l’acte analytique dans ces circonstances.

Par Andrée Herbin, psychanalyste-psychanalyse transgénérationnelle, praticienne relationnelle titulaire du SNPPsy.

• Passage à l’acte et Psychothérapie Intégrative et Relationnelle

"Pas-sages", ces actes perpétrés par certaines personnes présentant des difficultés dans la gestion de leurs émotions ou dans le respect du cadre et de la loi, les deux modes pouvant se conjuguer jusqu’à mettre en danger leur vie ou (et) celle des autres… Dans cette intervention, à partir d’une approche intégrative et relationnelle (d’une part avec l’Analyse Transactionnelle et les concepts de Scénario et d’issues de secours, de Passivité et de besoins de Stimuli, de Reconnaissance et de Structure et d’autre part avec la Gestalt-Thérapie et son approche des émotions) je vous propose d’identifier sous quelles formes ces fonctionnements se manifestent, comment ils se mettent en place et comment nous pouvons chez ces personnes faciliter le développement d’un comportement respectueux d’elles-mêmes et (ou) des autres et du contexte dans lequel elles vivent, en tenant compte à la fois de leur ressenti physique, de leurs émotions, de leurs pensées et du sens qu’elles donnent à la vie, tout en étant conscients des limites de notre action selon la problématique présentée par les personnes concernées.

Par Geneviève Sabatié-Ahier, psychopraticienne relationnelle et superviseure agréée SNPPsy.

SNPpsy
77 rue des Archives - Paris 75003
Métro Arts et métiers, République, RER Châtelet-Les Halles

Actualités

SNPPsy, AFFOP, FF2P : Communiqué commun

Publié le 9 février 2017

A la suite de la réunion du GLPR de ce 26 janvier 2017, réunion que nous avons vivement souhaitée et pour laquelle nous avons contribué activement à sa tenue, nous sommes très heureux de vous adresser ce communiqué commun aux trois organismes présents : le SNPPsy, l’AFFOP et la FF2P.

Il a vocation à dégager un socle commun afin, à la fois d’œuvrer avec nos partenaires pour la pérennité de l’exercice de la psychothérapie relationnelle et d’évaluer nos points de convergence et de divergence pour organiser les prochains débats nécessaires.

Bien évidemment, il s’agira pour le SNPPsy de continuer à affirmer nos spécificités :
- le paradigme « relationnel » au fondement du processus psychothérapeutique tel que nous le promouvons,
- l’accueil et le soutien des différents métiers représentés au sein de notre syndicat c’est-à-dire les Psychothérapeutes, les Psychanalystes, les Psychopraticiens relationnels, les Psychologues, les Médecins et les Psychiatres,
- la reconnaissance de nos membres en qualité à partir de nos cinq critères, avec une attention particulière à cette compétence transversale qu’est le savoir être du professionnel, lié à sa manière de s’être laissé transformer par sa formation, son expérience personnelle de la psychothérapie ou de la psychanalyse, sa posture éthique orientée par le code de déontologie et sa mise au travail en supervision (ou contrôle)
Bien confraternellement
Myriam Goffard Présidente, pour le bureau

COMMUNIQUE COMMUN

Le 26 janvier 2017, les Bureaux de l’AFFOP, du SNPPsy et de la FF2P, membres du Groupe de Liaison de la Psychothérapie Relationnelle (GLPR) se sont rencontrés, dans les locaux du SNPPsy, avec comme facilitateurs Philippe Cardot et Gilles Griffon de la SFG. La dernière rencontre datait du 9 juillet 2015.
 
 Conscients des enjeux sociétaux politiques et anthropologiques liés à la place de nos métiers dans le champ de la santé mentale en France, nous sommes résolus à oeuvrer ensemble afin de :
-    Renforcer notre identité
-  Soutenir la reconnaissance du métier de psychopraticien
-  Soutenir une stratégie de communication commune auprès du grand public, des pouvoirs publics et des instances représentatives de la profession en Europe
-  Nommer et exprimer les besoins et attentes des trois membres présents du GLPR
-  Organiser des réunions communes de travail autour de nos critères communs
-  Promouvoir le métier : continuer à veiller à la qualité de la formation du psychopraticien et du processus de professionnalisation, qui constitue le socle d’une profession réglementée par ses syndicats et ses fédérations et soutenir et faire reconnaître nos écoles de formation en ce qu’elles ont de spécifique.
-  Fixer un calendrier de rencontres pour l’année 2017 afin de poursuivre une collaboration nouvelle et fructueuse
La FF2P invite l’AFFOP et le SNPPsy à participer au 8e congrès mondial de psychothérapie et à collaborer à différents niveaux qui seront définis par les secrétaires généraux des 3 associations.

Pour leur bureaux respectifs , les Secrétaires Générales :

Caroline Ulmer ( AFFOP ) Sandrine Calinaud ( FF2P ) Christiane Laurent ( SNPPsy)

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?