SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Actualités

Partage de lectures :

Publié le 13 juillet 2016

"PERE - FILLE, UNE HISTOIRE DE REGARD"

par Béatrice Lembach membre titulaire du Snppsy

« Les yeux échangent leur regard et les êtres existent « - Proverbe Chinois -

« Il y a dans les yeux, de l’esprit, de l’âme et du corps « - J. JOUBERT (1754- 1824) dans pensées, maximes , essais.

Selon Lacan, le regard n’est pas l’oeil : l’oeil est la source de voir, le regard en est l’objet .

Certains vont s’interroger sur cette inclination soudaine à évoquer un de nos 5 sens …. Et pourtant, mes lectures m’ont amenée à découvrir, le livre de Didier LAURU intitulé « Père-fille, une histoire de regard » (2006 chez Albin Michel). 
Pour les Thérapeutes que nous sommes, ce livre recèle une analyse fine des pathologies que nous rencontrons fréquemment chez nos patientes et pour ceux qui ne l’auraient pas lu, je ne résiste pas à mon désir de vous faire partager une belle lecture à la fois éclairante et sensible sur le devenir femme et assumer pleinement sa féminité, abondamment illustrée de cas cliniques .

C’est un livre qui rétablit vraiment la place de chacun des parents, puisqu’un enfant nait du désir de ses deux parents, et soulève les problématiques essentielles du désir, du fantasme, de la castration, du renoncement, de l’interdit de l’inceste et du complexe d’oedipe. C’est aussi une façon de concevoir la parentalité dans tout ce qu’elle devrait comporter de respect et d’attention envers cette enfant qui vient de naitre, offrir un contenant maternant « acceptable » mais pas uniquement.
Rétablir la fonction paternelle dans ce qu’elle a de structurant et de fondamental est bien là tout le propos.

Nous sommes bien loin du « regard » me direz vous, eh bien selon Lauru, pas tant éloignés que cela : S. Freud nous dit « il appartient à la psychanalyse non pas de décrire ce qu’est la femme, tâche irréalisable, mais de rechercher comment l’enfant à tendance bisexuelles devient une femme ».

Lorsqu’un enfant vient au monde et bien avant l’apparition du langage, le premier outil du développement et de l’être au monde passe par le regard. Il suffit d’observer attentivement les bébés, pour s’apercevoir qu’ils cherchent leur assurance, ré assurance, dans un premier temps, dans le regard de la mère, ceci est fort bien décrit dans le livre « l’observation attentive des bébés » un collectif de la « Tavistock clinic », puis l’enfant grandissant et entamant son processus de développement psychique, l’enfant garçon ou fille va devoir « traverser » la période oedipienne, dont les mécanismes nous sont bien connus .

La petite fille a un chemin plus difficile et qu’est ce qui la « pousse » à passer de l’amour pour la mère à celui pour le père ? C’est un des chapitres clés du livre de D. Lauru dans lequel il explore la place du fantasme et du désir dans toute construction.
C’est au moment de la puberté et de l’adolescence que la place du regard des autres et notamment celui du père posé sur elle va être déterminant car le passage de la fillette à la jeune fille est authentifié par le désir que l’autre lui renvoie. La jeune fille a besoin d’être reconnue par son père en tant que femme pour être rassurée sur sa capacité à plaire et à se faire aimer dans une juste mesure entre une position incestuelle et une mise à distance, toute aussi néfaste.

Le père crée la femme au travers d’un double regard : un regard d’amour qui sans jamais être amoureux définit sa fille en tant que femme mais aussi un regard pensant, la légitimant en tant que sujet pensant et non pas seulement comme objet de désir.
En conclusion nous dit Lauru, « une femme épanouie, c’est un être qui dans sa pensée, ses relations affectives, sexuelles assume pleinement son histoire singulière et par la même la dépasse »

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?