SNPPsy

Psychopraticiens
Psychothérapeutes
Psychanalystes
Psychologues
Médecins
Psychiatres

Guide pratique du consultant

Qu’en attendre ?

Que peut-on attendre de la psychothérapie ?

La psychothérapie apaise le mal-être et modifie la relation à soi-même et aux autres. Elle apporte une connaissance de soi et d’autrui plus profonde et plus fine, et une meilleure compréhension des phénomènes psychologiques, émotionnels et somatiques. Elle libère et stimule le processus de développement personnel. Elle conduit à prendre la pleine responsabilité de soi dans tous les aspects de sa vie.

À travers cela, elle dégage l’espace et les limites de son pouvoir personnel et de sa liberté. Elle développe le sens du réel et l’estime de soi tel que l’on est, par l’acceptation de ses manques et le renoncement à ses fantasmes compensateurs. Elle facilite l’aptitude à communiquer et à aimer.

Y a-t-il des échecs ?

Oui, il peut y avoir des échecs. Sans compter que mettre son psy en échec peut constituer une expérience significative… La question de l’échec et de la réussite est plus complexe qu’il n’y paraît. Cela dit, la psychothérapie fonctionne bien avec des personnes en mesure d’assumer physiquement et mentalement un contrat et une alliance relationnelle, qui peuvent prendre une certaine distance et responsabilité d’elles-mêmes, et ne se contentent pas d’attribuer indéfiniment tous leurs malheurs à autrui.

Le succès - au sens simple du terme - d’une psychothérapie dépend essentiellement de l’engagement, de la sincérité et des motivations réelles de la personne qui entreprend la démarche. Il dépend aussi de sa persévérance : il arrive qu’on ait envie d’arrêter juste avant d’aborder une problématique plus difficile ou plus inconsciente. Il dépend aussi de la qualité d’être, du niveau d’individuation atteint, de la compétence professionnelle du praticien. Les méthodes utilisées ont aussi une certaine importance dans la mesure où elles sont plus ou moins adaptées à chaque personne. Les résultats dépendent enfin de la justesse des indications : dans certains cas, la psychothérapie doit être complétée de soins sociaux, éducatifs, médicaux ou psychiatriques.

Enfin ne pas oublier qu’une psychothérapie constitue une aventure personnelle, dans le cadre d’une rencontre et d’une relation, et qu’une aventure sans surprises risquerait n’en serait plus une.

La psychothérapie peut-elle présenter des dangers ?

La psychothérapie confronte au risque de vivre. Elle peut quelquefois entraîner des moments de déstabilisation de la personne qui peuvent éventuellement se répercuter dans son couple, sa vie sociale et professionnelle, sa santé mentale ou physique. Pour réussir, la psychothérapie nécessite la compétence, le discernement, la prudence et l’éthique du praticien ainsi que l’engagement sincère du consultant.

Si ces conditions ne sont pas réunies, la psychothérapie est le plus souvent simplement inopérante, mais parfois aggravante : il y a risque de leurre et d’imposture avec la constitution possible d’un « faux moi » illusoire, un renforcement éventuel de la pathologie ou une cristallisation des résistances psychiques.

Dans les cas graves de pathologies physiques ou mentales, elle ne peut que s’inscrire en complément de soins médicaux. La psychothérapie n’est ni magique ni toute-puissante, elle a ses limites.

Guide pratique du consultant
  1. La psychothérapie ? Pour qui ? Pour quoi ?
  2. Quelles sont les méthodes ou disciplines...
  3. Nature de la relation
  4. Comment choisir un psy ?
  5. Coût d’une psychothérapie
  6. Durée d’une psychothérapie
  7. Qu’en attendre ?
  8. Le 1er entretien
  9. Comment devient-on un professionnel de la psychothérapie relationnelle ?